Le terme « grippe porcine » inapproprié: virus absent chez l’animal

PARIS – L’expression « grippe porcine » pour qualifier l’épidémie originaire du Mexique n’est pas appropriée dans la mesure où le virus qui la provoque n’a pas été mis en évidence sur des animaux, a déclaré lundi l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE).

« Le virus n’a pas, à ce jour, été isolé sur des animaux. Il n’est donc pas justifié d’appeler cette maladie grippe porcine », estime l’OIE dans un communiqué.

Le terme « grippe porcine » est employé depuis vendredi par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour parler de la maladie qui a fait 103 morts au Mexique.

Le directeur général de l’OIE Bernard Vallat a déclaré lundi à l’AFP être en discussion avec l’OMS à ce sujet.

« Dans le passé, plusieurs épidémies de grippe d’origine animale ont été nommées en fonction de leur origine géographique, par exemple la grippe espagnole (1918-19) ou la grippe asiatique (1957-58), c’est pourquoi il serait logique d’appeler cette maladie « grippe nord-américaine », selon l’OIE, une organisation intergouvernementale regroupant 174 pays et dont le siège est à Paris.

« Il n’y a aucune preuve de transmission du virus par l’alimentation », assure encore l’OIE qui juge inappropriées les restrictions sur le commerce imposées par certains pays, comme la Chine.

« Actuellement, seuls des résultats établissant une circulation de ce virus chez des cochons dans des zones comptant des cas humains justifierait des mesures commerciales sur l’importation de porcs en provenance de ces pays », selon le communiqué.

Toutefois, il ne s’agit pas « d’un virus classique de grippe humaine, appelé grippe saisonnière, qui provoque chaque année des millions de cas de grippe à travers le monde, mais d’un virus ayant des caractéristiques porcines, aviaires et humaines », ajoute le texte.

« Si ce virus venait à rendre malade des animaux, sa circulation pourrait en être accrue et entraîner une détérioriation de la santé publique au niveau mondial », avertit l’OIE qui appelle à une coopération internationale accrue entre les laboratoires chargés de la surveillance des maladies animales (épizooties).

L’organisation mondiale appelle enfin les laboratoires à « mettre immédiatement dans le domaine public toute séquence génétique de virus grippal qu’ils obtiendraient ».

Le virus a été identifié comme étant de type A/H1N1 et il touche majoritairement de jeunes adultes en bonne santé, selon l’Organisation mondiale de la santé.

(©AFP / 27 avril 2009 14h45)

viaLe terme « grippe porcine » inapproprié: virus absent chez l’animal.

Publicités

Bonjour à tous, des infos sur la grippe:

Restons serein.


Source Agrisalon, entretien avec Madame Jeanne Brugère-Picou.

http://www.agrisalon.com/

25 Avril 2009 – La lettre Agrisalon N°494 – Edition hebdomadaire
Grippe porcine, pas de panique…
La machine médiatique s’étant mise en route, il est temps de laisser parler les experts et plus particulièrement quelq’un qui sait de quoi elle parle, Jeanne Brugère-Picou, docteur vétérinaire, professeur à Alfort pour qui il n’y a « pas de raisons de s’inquiéter particulièrement ».
Voici les réponses de Jeanne Brugère-Picou que l’on pouvait entendre et lire ce samedi dans différents médias.

Q. La grippe porcine est-elle une maladie dangereuse?
R. « Ce n’est pas une maladie qu’on considère comme dangereuse. Le H1N1, c’est la grippe classique chez le porc, pas dangereuse si le virus passe chez l’homme. Ce n’est d’ailleurs pas une maladie à déclaration obligatoire chez le porc.
Elle se transmet par contamination entre l’animal vivant et l’homme. Mais c’est souvent un syndrome grippal bénin.
Si la grippe porcine devenait dangereuse pour l’homme, les sentinelles, ce sont les éleveurs de porc. S’ils devenaient vraiment malades, on pourrait s’inquiéter. Ce n’est pas le cas au Mexique.
Il n’y a pas eu d’épizootie de grippe porcine. Il n’y a aucun éleveur de porc qui ait été touché. C’est en milieu urbain; Ce n’est pas un problème d’éleveurs de porcs ».

Q. Y a-t-il un risque de pandémie?
R. « Peut-on dire qu’il y a vraiment un risque de pandémie quand ça dure depuis un mois, que c’est localisé et que ça n’a pas explosé? Une pandémie se propage très rapidement.
Cette grippe, elle est passée. Le pic a eu lieu en avril, on est en phase de régression, pas en phase d’expansion, de risque pandémique.
Pour le Sras (la crise de la pneumonie atypique en 2003, ndlr), il y a eu 8.000 malades et 800 morts. Il y avait vraiment de quoi s’inquiéter. Là, si c’est vraiment le H1N1 de la grippe porcine classique, on n’a pas de raison de s’inquiéter.. Je ne vois pas de raisons de s’inquiéter particulièrement ».

Q. Coment expliquer ces mortalités élevées au Mexique?
R. « On a peut-être un nouveau virus mais il y a peut-être des facteurs d’aggravation comme la pollution de l’air à Mexico, ou des surinfections. On ne sait rien pour expliquer ces taux de mortalité.. Mais 20 décès, ce n’est pas énorme. Il ne faut pas oublier que la grippe saisonière tue.
On peut se poser la question, pourquoi ces jeunes qui étaient dans la force de l’âge, ont-ils été touchés? Mais s’agit-il vraiment d’un virus H1N1 de la grippe porcine classique? Y a-t-il eu une recombinaison de virus? Ce serait cela le risque.
Il faut identifier le virus. Savoir pourquoi il y a eu une mortalité un peu plus élevée que dans une grippe, déterminer s’il a eu vraiment une mortalité anormalement élevée ».

Alors continuons à consommer de la viande de porc

article paru sur lemonde.fr, la grippe chez le porc, pas rassurant .

La grippe porcine, qui a déjà tué plusieurs dizaines de personnes au Mexique, progresse vers le nord du continent et inquiète les experts médicaux américains. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), il y aurait environ 800 cas suspects au Mexique, avec soixante morts. Les autorités mexicaines ont confirmé l’apparition de la grippe porcine et annoncé enquêter sur 45 décès et 943 cas suspects, afin de vérifier s’il s’agit de cas liée à la grippe porcine.

L’épidemie a provoqué une vingtaine de morts au cours du mois passé et neuf nouveaux décès ont été enregistrés ces dernières vingt-quatre heures, a précisé José Angel Cordova, ministre de la santé mexicain, sans donner plus de détails. Le gouvernement mexicain a ordonné la fermeture totale des écoles et universités publiques et privées de la ville de Mexico et dans l’Etat de Mexico pour enrayer la propagation de la maladie. La mairie de Mexico a en outre annoncé une campagne massive de vaccination.

« Il est clair que nous sommes très inquiets. Nous avons mis en place des centres opérationnels d’urgence », a quant à lui indiqué le porte-parole des centres de contrôle et de prévention des maladies américains, Dave Daigle. « C’est la première fois que nous voyons une souche aviaire, deux souches porcines et une souche humaine », a-t-il ajouté. Il a indiqué que les responsables américains de la santé menaient une enquête sur les souches et devaient recevoir des prélèvements provenant du Mexique.

SEPT CAS AVÉRÉS AUX ÉTATS-UNIS

« Aux Etats-Unis, il y a un total de sept cas avérés : cinq en Californie et deux au Texas », a indiqué Fadela Chaïb, porte-parole de l’OMS. Aucun décès n’a été relevé aux Etats-Unis, où le virus responsable de la maladie a été identifié comme étant de la souche H1N1, a-t-elle précisé.

L’inquiétude de l’OMS est justifiée par le fait que les porcs peuvent servir de « creuset » pour donner naissance à une nouvelle souche très virulente pour l’homme en combinant les matériels génétiques de la grippe porcine et de la grippe aviaire. « Les porcs ont été impliqués dans l’apparition des nouvelles souches virales responsables de deux des pandémies de grippe du XXe siècle », rappelle l’OMS. L’appareil respiratoire des porcs est en effet « doté de récepteurs qui les rendent sensibles à l’infection à la fois par les virus humains et les virus aviaires », selon l’organisation onusienne.

j’etais en Espagne cette semaine. On nous dit , l’espagne un pays en crise. Il est vrai, le chommage augmente, l’immobilier a enormement baisser. Mais quelle plaisir de voir des gens avec le sourire, acceuillant. Qui prennent le temps de discuter avec vous. Non vraiment l’Espagne un pays formidable.

Le Figaro – Santé : Un virus Ebola tue les porcset infecte l’homme.

Ragarder cet article, cela fait froid dans le dos.

C’est vrai il parait que les virus ne passent pas la barrière  des espèces.

Ne faisons pas n’importe quoi avec la nature, celle ci aura toujours le dessus.

j’écris c ‘est quelques mots pour dire qu’il faut profiter pleinement des petits moments de bonheur que nous donne la vie, tous simplement pouvoir se lever le matin, dire bonjour à sa famille, aller au travail. Aprecier tous les petits gestes quotidiens dont nous ignorons l’importance, et la chance que nous avons à les realiser. Tout simplement marcher, s’exprimer, etc.

je dedi ces mots à mon beau-frere et à mon pere.

j’etais hier soir à une assemblee generale du credit agricole. Beaucoup de monde etait present. Il semblerais bien que les gens soient inquiets de la crise economique actuelle.

Nous avons besoin de les rassurer et non pas comme certains médias se prenent à plaisir à ampirer cette crise. Cette crise est dure en effet, mais s’il vous plait, soyons positif. Depuis tous temps les crises ont excisté ,la vie va ainssi. La croissance est morte , vive la croissance.